Les Bollinger B1 et B2 se rapprochent de la production

Bollinger B1

À la fin du mois de novembre 2019, au Salon de l’auto de Los Angeles, deux véhicules au style passablement distincts ont énormément fait jaser, soit les Bollinger B1 et B2 (VUS et camionnette). Les deux créations, qui semblaient directement sorties d’un film d’apocalypse, étaient celles d’une nouvelle firme souhaitant faire sa marque dans le domaine de l’électrification.

Bollinger B1 et B2 : des capacités intéressantes

Et ce qu’on nous annonçait de ce côté avait de quoi faire saliver. Une configuration à deux moteurs électriques proposant une puissance combinée de 614 chevaux. Le couple ? 668 livres-pieds. À l’accélération, un temps sous les 5 secondes était promis pour le 0-100 km/h. Concrètement, la capacité des piles se pointait à 120 kWh et l’autonomie annoncée était à 322 kilomètres.

Et c’est sans compter sur le style du véhicule, une approche qui garantit l’exclusivité. Si vous aimez l’effet « wow » au volant d’un modèle, c’est assuré avec l’un ou l’autre des produits de la marque.

Et pour ceux qui aiment s’aventurer hors des sentiers battus, les angles d’approche et de sortie des modèles présentés en 2019 faisaient état de 52 et de 43 degrés. Pour la capacité de charge, elle était annoncée à 5000 livres pendant que la capacité de remorquage plafonnait à 7500 livres.

Production attendue pour 2021

Quant à la production de ces derniers, elle est attendue pour l’année 2021. Voilà pourquoi en cette fin d’année 2020, la compagnie a choisi de nous montrer des versions se rapprochant davantage de la production que celles qui avaient été montrées à Los Angeles l’an dernier.

Du coup, on remarque de nombreux changements à la conception. C’est le cas avec la ceinture de caisse qui est surélevée et qui fait que la boîte voit son volume de chargement augmenter. Pour y arriver en conservant la même surface vitrée, il a donc fallu surélever le parebrise, les vitres latérales et la lunette arrière.

Les extrémités avant des deux véhicules sont également quelque peu différentes, alors qu’on a revu le traitement des phares superposés qui correspondent désormais à l’approche adoptée avec les feux. À l’avant, la trappe donnant accès au chargement a été élargie, car on a apporté des améliorations à la gestion thermique, ce qui a permis de remplacer les deux radiateurs qui étaient présents en 2019 par une seule unité, plus petite, derrière le pare-chocs.

On remarque aussi que la compagnie a déplacé les piliers B vers l’avant. Sur le premier modèle montré, les portières avant étaient plus longues que celles situées à l’arrière. C’est maintenant plus harmonieux avec des proportions qui ne détonnent pas. Évidemment, l’entrée et la sortie seront plus faciles pour les places arrière. Cette transformation a aussi forcé l’entreprise à changer la conception des vitres latérales. Elles proposaient un aspect coulissant en 2019, mais plus maintenant. Et, fait amusant, elles sont à manivelle.

Avec la camionnette B2, on remarque aussi que la caisse est désormais indépendante de la cabine. Un peu plus tôt en 2020, Bollinger nous a montré une configuration châssis-cabine du véhicule, ce qui laisse présager d’autres variantes au menu, dont certaines commerciales.

Prix et disponibilité

Aucun prix n’a été confirmé. Pas d’informations sur la disponibilité du modèle, non plus. À Los Angeles, on parlait d’une facture de 125 000 $ américains, ainsi que d’un tirage limité à 1000 unités, du moins au départ. Pariez que si la réponse est bonne, on en verra plus sur les routes.

Et ce n’est pas impossible, car les gens aiment la différence. Cependant, pour vraiment attirer les masses, les Bollinger auront besoin de proposer plus d’autonomie ; ils sont déjà en retard à ce chapitre.

 

Vous avez aimé cet article? Consultez celui-ci :

Ce que vous devez savoir à l’achat d’une voiture électrique

achat voiture électrique

 

 

Autres articles